Didier Robert et Annick Gauthier


"Au pays du "MATO SAPA"

En langue amérindienne "mato sapa" désigne l'ours noir. Avec son allure débonnaire, il a toujours été figure iconique des mythologies amérindiennes, apparaissant souvent dans les mythes de la création du monde.

 

Ursus americanus est l'une des huit espèces d'ours réparties à travers le monde; c'est aussi la plus abondante avec une population estimée à environ 900 000 individus. Au Québec, avec la complicité des rangers, il n'est pas très difficile à observer même s'il peut parfois être très farouche, notamment les mères avec leurs petits.

 

Au travers de cette exposition, nous avons voulu montrer quelques portraits et attitudes de l'ours noir, en particulier des jeunes lorsqu'ils rencontrent des grands mâles. Les espèces emblématiques du Québec, telles que castor, porc-épic, tamia rayé ou encore bernaches, ainsi que l'immensité des paysages, seront aussi mises en valeur.

Annick GAUTHIER

 

Après une petite enfance en plein Sahara, entourée de dunes, de palmiers et d'animaux "de compagnie" peu communs (guépards, hyènes, chacals, et autres varans ou vipères côtoyant scorpions, blattes et criquets), ce sont ensuites les forêts de la région parisienne, puis les Pyrénées, qui ont entretenu sa passion pour la Nature, illustrée par le dessin et la poésie, et ensuite la photo. Si tout sujet l'interpelle, ses photos souvent "instinctives" visent à mettre en valeur les richesses de la nature, et à prolonger et transmettre les émotions ressenties à son contact. Elle travaille avec un Nikon D7100, des optiques Sigma (105 macro, 150-500 mm) et Tamron (16-300, 180 macro) et majoritairement à main levée, en lumière naturelle.

 

Didier ROBERT

 

Au début son approche était plutôt naturaliste, cependant au fil des années, il a commencé à intégrer une vision plus créatrice et artistique dans ses images. Il privilégie de plus en plus les ambiances naturelles en intégrant le sujet dans le paysage. Ce qu'il préfère, ce sont les balades sur les pelouses calcaires des Côtes de Moselle ou de Meuse, ou les escapades dans les prés fleuris du printemps à l'automne, à la recherche de papillons rares, d'insectes colorés ou d'arachnides, ainsi que des libellules aux bords des étangs. Il travaille avec un Nikon D7200, des optiques Sigma (105 macro, 70-300 mm) et Tamron (150-600mm).

Crédit photos : Didier Robert et Annick Gauthier